préparer chambre bébé pollution air intérieur

Pourquoi il faudrait préparer la chambre de bébé dès le début de la grossesse

Que ça soit par superstition, par manque d’énergie, ou pour profiter du temps libre du congé maternité, les futurs parents ont tendance à attendre la fin de la grossesse pour aménager la chambre du bébé à venir. Pourtant, s’il y a des travaux à faire, du mobilier neuf à acheter ou des objets de décoration à poser, il serait préférable de s’y prendre plusieurs mois avant l’arrivée de bébé, pour lui éviter un environnement trop pollué.

Si tu as de la peinture à faire

Pour commencer, sache que si tu es enceinte, tu ne devrais pas t’approcher d’un pot de peinture. Oui, je sais, on voit plein de nanas qui peignent la chambre de bébé avec leur gros ventre dans les films… mais je t’assure que ce n’est pas le moment pour toi de sniffer les effluves des solvants.

La peinture émet des polluants en séchant, qu’on appelle COV, composés organiques volatiles, comme le formaldéhyde ou le benzène par exemple. Ça se sent fortement au début, mais ça continue pendant plusieurs semaines, même une fois les murs secs et l’odeur évaporée. Les critères d’émission que tu trouves sur les pots, notés de D à A+, sont relatifs : c’est-à-dire qu’une peinture A+ émet « moins » qu’une peinture B, mais elle émet quand même !

Donc pour les projets de peinture, passe la main au futur papa ou à un professionnel, et privilégie autant que possible des peintures écologiques ou naturelles. Surtout, aère bien la pièce le plus longtemps possible tous les jours du premier mois qui suit la pose, puis au moins une fois par jour. Dans l’idéal, bébé ne devrait pas intégrer une chambre repeinte depuis moins de 6 mois.

peindre chambre bébé peinture polluant toxique

Si tu poses un nouveau sol

Les matériaux utilisés pour le sol relarguent des substances dans l’air : cela peut provenir de leur composition, principalement pour les sols plastifiés, ou même des colles, teintures et vernis utilisés, pour les parquets en bois et les moquettes.

Si tu dois choisir un nouveau sol pour la chambre de ton bébé, à moins d’y mettre du carrelage – ouais bof, sauf si tu habites dans une région hyper chaude – tourne-toi de préférence vers des matières naturelles comme le bois ou le vrai linoléum.

De même, la moquette reste à éviter : fibres synthétiques, teinture, colle, traitements, sont relargués dans l’air. Le jonc de mer, sisal et coco méritent aussi une bonne réflexion avant d’être choisis pour une chambre d’enfant. Leur entretien est difficile, et il faudrait s’assurer des traitements appliqués par le fabricant : fongicide, acaricide… ne sont pas super à respirer !

Si tu achètes du mobilier neuf

 Le lit, la table à langer, l’armoire… de nouveaux arrivants font leur entrée dans la pièce qui sera la chambre de ton bébé. Leur fabrication a nécessité l’utilisation de peintures, de colles, de vernis qui émettent aussi des COV. Ces composés qui donnent l’odeur du « neuf » sont toxiques et certains sont des perturbateurs endocriniens.

Quand on achète un meuble neuf, il est préférable de le laisser s’aérer plusieurs jours, en ventilant bien la pièce dans laquelle il se trouve. Tu comprends donc pourquoi le lit en kit ne doit pas attendre l’entrée dans le 9ème mois de grossesse pour être monté. Et puis ça aidera certains futurs papas à mieux se projeter. 😉

Avec le lit, vient le matelas. Dans l’article Choisir un matelas sain, sans polluants je t’explique les critères d’achats pour éviter les substances nocives liées à la composition de la mousse et des textiles. Le matelas doit être impérativement sorti de son plastique, puis stocké sous un drap en attendant l’arrivée de bébé. Un simple drap empêchera moins l’aération que l’emballage d’origine, tout en le protégeant de la poussière.

Si tu veux mettre un tapis au sol

Le tapis réchauffe la pièce et apporte un look chaleureux. S’il est en fibres synthétiques, qu’une colle a été utilisée lors de sa fabrication, ou qu’il a un revêtement anti-dérapant, il peut émettre aussi des polluants. Mieux vaut l’aérer un peu lors de l’achat, comme pour le reste, mais ce n’est pas le principal souci avec un tapis.

Le vrai problème du tapis est qu’il devient vite un nid à poussière et qu’il absorbe, via cette poussière, tous les toxiques présents dans l’air ambiant, avant de les relarguer à son tour. Pour éviter ce phénomène, il est préférable de ranger le tapis après l’avoir laissé prendre l’air en dehors de son emballage et de le ressortir au moment voulu. Un petit coup d’aspirateur lui sera utile régulièrement – au minimum une fois par semaine dans la chambre de bébé – même s’il ne semble pas « sale ».

Entre nous, si tu peux te passer de tapis de « déco », ça serait préférable. Evidemment, la question se posera par la suite, pour jouer, mais c’est un autre sujet, que je traiterai bientôt dans un nouvel article.

aérer habitat sain sans polluant COV

 La solution aux émissions de polluants : l’aération !

Tu l’auras compris, que tu t’y prennes longtemps à l’avance ou pas, il te faudra veiller à aérer les nouveaux meubles, rideaux, tapis, matelas… pendant plusieurs semaines. Si l’arrivée de bébé est trop proche, ou si certains achats se font après la naissance, l’idéal serait de laisser l’aération se faire dans une pièce où bébé ne dort pas – tiens ! encore une bonne raison de faire du cododo.

Pour des travaux de peinture ou de pose de sol, laisser la fenêtre grande ouverte pendant les travaux puis plusieurs heures pendant plusieurs jours permet déjà d’évacuer une bonne partie des COV. Pour la suite, on en revient à la logique de l’aération d’un habitat sain : 5 minutes de courants d’air deux fois par jour suffisent à renouveler l’air sans abaisser la température des murs et donc de la pièce. Donc à pratiquer même en plein hiver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *